Introduire une dimension philosophique dans la pratique de coaching

Introduire une dimension philosophique dans la pratique de coaching peut soulever certaines questions : pour quelles raisons devrait-on faire cette introduction ? Qu’en est-il du coaching ? Quel lien peut-il bien exister entre la pratique du coaching et la philosophie ?

Le coaching

Selon l’ICF (Mondial Coach Federation) le coaching professionnel n’est autre qu’une relation suivie dans une période définie qui permet au client d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans sa vie professionnelle et personnelle. C’est à travers ce processus de coaching que le client approfondit ses connaissances et perfectionne ses performances. Suivant cette définition, il nous est alors possible de classer le coaching dans la catégorie de l’accompagnement professionnel. Par ailleurs, un coach professionnel est un expert dans son secteur d’activité qui doit respecter une déontologie définie par les fédérations, une posture, des compétences spécifiques, un mode opératoire et des techniques. Vous voulez devenir Coach spécialisé en accompagnement à la gestion de carrière et à l’évolution professionnelle ? Vous pouvez consulter le site web de l’école de coaching professionnel et certifié www.linkup-coaching.com pour avoir une idée approfondie sur les séances de coaching proposées spécialement pour les professionnels.

Le coaching et la philosophie

Il faut savoir que la philosophie est l’une des racines du coaching. En effet, elle est un exercice autonome de la raison, même lorsque celle‐ci est guidée par le dialogue ou par la maïeutique socratique. En philosophie, il est question de savoir poser les problèmes, trouver par soi‐même des solutions variées, faire progresser une façon de voir les choses et la vie : le même mode d’emploi qu’en coaching. Dans ce sens, il se peut donc que le philosophe, qui joue le rôle de conseiller théorique, moral ou politique, soit avant tout un passeur, qui viserait en réalité un but semblable à celui du coaching : permettre à son interlocuteur de devenir conscient de lui‐même et de son rapport avec le monde. La dimension philosophique introduite dans la pratique du coaching peut donc être transformée en une éthique qui serait adaptée aux individus et aux groupes pour les aider dans leur perfectionnement et leur épanouissement.

Introduire la dimension philosophique dans la pratique de coaching : pour quelle raison ?

Les personnes qui ont recours à un coaching mènent toutes une réflexion sur plusieurs domaines : sur leur vie, sur celle qu’ils voudraient mener et sur leur relation avec les autres et la vie, sur ce qu’est leur monde, et sur ce qu’est le monde. Il est alors du rôle du coach de questionner le client sur sa représentation de soi, de l’autre, du contexte considéré et du monde. Avoir recours à des concepts philosophiques est alors nécessaire pour répondre clairement à ces questions et pour avancer dans le processus de coaching.